6 dates qui ont marqué l’histoire de Wall Street

Pablo René-Worms
July 30, 2021
 · 
6 minutes
 · 
Vivid Invest

Le New York Stock Exchange (NYSE) est la plus grande bourse au monde, accueillant 82 % du S&P 500, ainsi que 70 des plus grandes entreprises du monde. Mais comment est-elle devenue la place hégémonique qu'elle est aujourd'hui ? Jetons un coup d'œil à son histoire.


1792 : Avant Wall Street, l'accord de Buttonwood


En 1792, 24 courtiers en bourse se réunissent sous un boutonnier, dans ce qui est aujourd'hui Wall Street, à New York. Ils créent une bourse centrale pour le marché des instruments financiers en plein essor aux États-Unis. L'accord élimine le recours aux commissaires-priseurs - fréquemment utilisés pour le blé, le tabac et d'autres marchandises - et fixe un taux de commission. L'organisation fait du Tontine Coffee House son siège et se concentre sur les obligations d'État.



1863-1903 : Installation

En 1863, ce qui s'appelait depuis 1817 le New York Stock & Exchange Board acquiert son nom définitif et devient le New York Stock Exchange (NYSE) que nous connaissons tous aujourd'hui. Deux ans plus tard, le NYSE s'installe à son adresse définitive : 11 Wall Street. Si le NYSE n'a jamais déménagé depuis, le bâtiment que nous connaissons aujourd'hui a été inauguré en 1903 à la même adresse.




1920 : Bombe sur Wall Street


16 septembre 1920, il est midi lorsqu'un chariot tiré par des chevaux passe près d'une Wall Street bondée, où la foule prend son déjeuner. Le chariot s'arrête en face du siège de la banque J.P. Morgan & Co., à l'angle le plus fréquenté du quartier financier. Le wagon mortel contient environ 50 kg de dynamite et près de 250 kg de fer et explose à 12h01 dans une détonation réglée par minuterie. Le bilan est désastreux puisque 30 personnes meurent dans l'attaque et 10 autres plus tard des suites de leurs blessures. Le nombre de blessés se compte par centaines.

Aujourd'hui encore, un siècle après l'événement, l'affaire n'a pas été officiellement résolue. Les historiens et les enquêteurs pensent que l'attentat a été perpétré par le groupe d'anarchistes italiens des galléanistes, responsables d'une série d'attentats à la bombe en 1919 aux États-Unis.



1929 : Le krach


Jeudi 21 octobre 1929 : la bourse ouvre à peine ses portes. Alors que l'on vient de sonner la cloche, le marché a déjà perdu 11%. C'est le Jeudi noir. Les volumes échangés sont si importants que la communication des cours des actions dans les bureaux de tous les États-Unis a plusieurs heures de retard, ce qui fait que les investisseurs n'ont aucune idée du prix de la plupart des actions.

Pour limiter les dégâts, certains investisseurs institutionnels, menés par Richard Whitney, vice-président du NYSE, interviennent directement. Whitney se rapproche du poste de cotation de U.S. Steel, demande le prix actuel qui est de 195 dollars, et annonce "J'achète 25 000 actions à 205 dollars". Dès que les premières actions ont été échangées, il fait la même chose avec plusieurs autres blue chips, et fait le tour d'une douzaine de postes. Les cours se redressent rapidement, et la baisse de la journée est limitée à 2,1%.

Mais le soulagement n’est que de courte durée. Le lundi 28 octobre, de nouveaux investisseurs décident de se retirer du marché ; la chute se poursuit avec une perte record du Dow Jones de 12,82 %. C'est le Lundi noir. Le 29 octobre 1929, le Mardi noir frappe Wall Street. Des milliards de dollars sont perdus, anéantissant des milliers d'investisseurs. Le Dow Jones perd encore 11,73 %, soit une chute totale de 23 % en deux jours.

Le krach de 1929 est le résultat d'une bulle spéculative, née au début des années 1920. L'introduction à Wall Street, en 1926, du nouveau système d'achat à crédit d'actions appelé “emprunts" a amplifié la bulle. Les investisseurs peuvent acheter des actions avec une couverture de seulement 10%. En d'autres termes, pour dix dollars achetés, ils ne déposent qu'un dollar. Le taux d'emprunt évolue en fonction du taux d'intérêt à court terme et la pérennité de ce système dépendait, en partie, de la différence entre le taux de croissance des actions et le taux d'emprunt.





1967 : Et les femmes, alors ?


175 ans. C'est le temps que les femmes ont dû attendre avant de pouvoir accéder à un siège sur le parquet de la Bourse de New York : l'endroit où tout se fait et se défait. S'il n'y a jamais eu de règle spécifique interdisant aux femmes d'avoir accès au NYSE, le problème était qu'il fallait un parrain pour y parvenir.

La pionnière s'appelle Muriel Siebert. Pour obtenir son siège, elle a dû passer par neuf collègues masculins avant que l'un d'eux ne dise finalement oui.

Pendant les dix années qui ont suivi, elle est restée la seule femme aux côtés de 1 365 hommes et n'avait même pas accès aux toilettes, car il n'y avait pas de toilettes pour femmes dans la salle des marchés.

Les choses ont évidemment lentement changé depuis lors, puisque la directrice du NYSE depuis 2018 est une femme qui s'appelle Stacey Cunningham.




1987 : Lundi noir


Le lundi 19 octobre 1987, le Dow Jones perd 22,6 %. C'est le Lundi noir. Pourtant, l'année 1987 s'annonçait prometteuse, le Dow Jones ayant atteint un nouveau record en août. Cependant, tous les indicateurs n'étaient pas au vert.

Les marchés boursiers ont d'abord salué la hausse des taux d'intérêt à long terme, qui correspondait à leur vision et renforçait leur optimisme. C'était un signe que le marché obligataire partageait leur vision d'une économie en croissance.

Mais à partir d'un certain niveau, les taux d'intérêt deviennent un frein à l'investissement et à la croissance économique et, surtout, sont immédiatement incompatibles avec les niveaux de valorisation des actions. Pourquoi détenir des actions, un actif risqué, alors que les obligations d'État, qui ne présentent aucun risque en capital, ont un rendement supérieur ? C'est comme si le marché obligataire avait soudainement retiré le socle sur lequel reposait le marché des actions.

Parmi les autres raisons de ce krach, on peut également citer le fait que des structures complexes ont permis de racheter des entreprises en s'endettant par le biais de rachats par endettement (LBO). Le marché des junk bonds (obligations poubelles) était aussi en plein essor, faisant grimper la spéculation et rendant les marchés plus sujets à l'instabilité.

L'une des conséquences du krach de 1987 a été l'introduction du mécanisme du coupe-circuits, qui permet aux bourses d'interrompre temporairement les transactions en cas de baisse exceptionnellement importante des cours de certains indices. Fondés sur l'idée qu'une période de refroidissement aiderait à dissiper les ventes de panique, ces arrêts de marché sont déclenchés chaque fois qu'une importante baisse de marché prédéfinie se produit pendant une journée de négociation. Ils ont été utilisés à de multiples reprises lors du krach boursier de 2020.

Inspired? Try this!
Open your free account now and start saving every day.
Inspiriert? Probiere es selber!
Öffne jetzt dein kostenloses Konto und fang an täglich zu sparen.
Ceci vous inspire-t-il? Faites un essai!
Ouvrez maintenant votre compte gratuit et commencez à épargner tous les jours.
¿Inspirado? ¡Prueba esto!
Abra su cuenta gratuita ahora y comience a ahorrar todos los días.
Ispirato? Prova questo!
Apri subito il tuo account gratuito e inizia a risparmiare ogni giorno.